Se tuer au travail

J’ai encore trouvé le moyen d’attraper la grippe.
J’ai toujours la grippe. « Deux fois par année, six mois chaque fois », comme je dis toujours, les dents serrées. Cette fois, par contre, c’est plutôt vif.
Évidemment, passer la fin de semaine à tourner dans un bunker froid, humide et bourré de champignons, ou encore dans le vent et le soleil, ce n’est pas la meilleure chose à faire. Ne pas beaucoup dormir, mais passer son temps à faire beaucoup (trop) de choses n’est pas non plus une excellente idée. Avoir un léger rhume et se décider à sortir en petite robe et en sandales le soir n’est pas une décision qui améliore la chose.
C’est pour cela que j’ai fait tout cela dans la même fin de semaine.
Hier soir, j’étais plus que misérable. J’avais toujours froid, mon esprit était absent, j’avais mal partout, mes cheveux étaient sales et mes nerfs ont fini par craquer, me laissant en larmes dans les bras de mon copain (qui ne comprenait rien).

Une chance que y’a Chéri pour me faire à souper, me faire des câlins chauds et m’aider.

J’ai hâte que la session se termine.
Vive la vie.

Choix de cours : la joie, comme toujours

C’est toujours la même chose, les choix de cours.

Les choix pour l’Éducation physique sont peu variés, mais je dois faire avec. Je choisis Workout, mais je me dis que j’aurais préféré être dans un cégep qui me propose des activités comme le judo ou l’escrime. Côté cours complémentaires, je n’ai jamais ceux que je désire. Hey, j’ai fait Espagnol I lors de mon hiver 2009, pourquoi ne pas me proposer Espagnol II ? C’est la suite logique des choses, non ? De plus, est-ce que j’ai l’air de quelqu’un qui a besoin d’un cours tel que Réussir ses études ? Non. Non non et non.

Évidemment, on ne me propose toujours pas de cours de Français, ou même d’Anglais, ce qui met mon nombre d’heures de cours pour la prochaine session à… 14.

Quatorze. Fourteen. Quatorce.

14 !

Ça me donne vraiment envie d’aller à l’école. Si j’étais prédisposée au décrochage scolaire, ce serait dangereux, de me laisser tant de temps libre. J’avais 18 heures à ma première session en Arts, 16 actuellement, 14 prochainement. Mine de rien, mes 28 heures de cours de Sciences me manquent un tantinet.

Ça va me donner plus de temps pour tricoter.

Vive la vie.

Écriture de chanson : failed

J’adore le DEC dans lequel je suis actuellement.

Mon cours de Chanson, moins.

Je n’ai aucune aptitude en chanson. Je ne sais pas chanter, je n’ai aucune oreille musicale, je ne joue d’aucun instrument, je n’ai jamais écrit de paroles et ça ne m’a même jamais intéressée. Alors, un cours de Chanson est le défi parfait pour la personne que je suis.

Je n’aime pas ça. Ça ne m’interpelle aucunement, comme cours. Je le fais, évidemment, et je m’y applique. Ce n’est pas parce que je n’aime pas cela que je dois me relâcher pour autant ! Simplement, lorsque vient la partie « Écriture de chanson », je bloque. J’adore écrire, mais pas ça. Ça me prend toujours un million d’années, je fige après deux vers et j’ai toujours l’envie sourde de tout lancer au bout de mes bras.

Je ne peux le faire, malheureusement.

Alors, je passe un million d’années sur huit maudits vers de chanson. Sur un refrain de deux lignes. Sur un pont frustrant.

Et actuellement, sur un début de chanson (avec allitérations ou assonances, au choix) qui me donne envie de me suicider à grand coup de coupures de papier. Vive la vie.