Je suis fière d’une chose : cette session-ci, je me force enfin à prendre le temps de lire. En trois ans, c’est la première fois que je me donne de véritables objectifs de lecture et que je prends au sérieux mes résolutions. Je m’arrête pour savourer un livre, ou deux, ou trois, je me fais des critiques, je découvre de nouveaux auteurs, je peux enfin rendre les livres empruntés. J’ai lu une bonne vingtaine de livres depuis le début de la session et je suis heureuse d’avoir vraiment avancé dans ma liste de lecture, qui se garnit tout de même vite de mes nouveaux achats (le GROS désavantage de travailler dans une librairie : la surexposition à la tentation)(tentation que ma nature épicurienne se tarde de résoudre) et mes emprunts réguliers.
Livres en anglais, en français, romans étrangers, québécois, canadiens, psychopop à deux balles qui permet de me détendre, classiques de la littérature, livres populaires, distraction facile et théâtre en rimes.

Publicités

Musique du bout du monde

http://musiqueduboutdumonde.wordpress.com

Ma planque pour les quatre prochains jours, avec quatre autres gais lurons sous ma charge.

Bon retour !

À peine arrivée que j’ai déjà de belles opportunités devant moi !
Pendant mon séjour en Charlevoix, mon directeur de département m’a envoyé un courriel pour me demander si j’étais intéressée à dedevnir blogueuse au compte du Festival Musique du Bout du Monde, festival assez populaire et tout de même connu auquel je n’ai jamais vriament participé. Ce que cela comprenait, comme avantages ? Accès gratuit au site et aux spectacles, bloguer sur des spectacles, rencontrer des artistes, parler à la foule et avoir une expérience de plus. Qui pourrait refuser ? Le fait que ce soit bénévole est en plus encore mieux, vu que je considère que bloguer est un passe-temps utile, voir amusant, plus qu’un travail… et puis, voir des spectacles sans rien payer, c’est déjà beaucoup !

J’ai donc accepté.
Cela veut dire qu’au lieu de vendredi midi, c’est jeudi matin que je vais être à Gaspé, chapeau sur la tête et appareil-photo au cou, prête à rencontrer les gens qui seront mes patrons pour quatre jours et à vivre un festival endiablé. Ce qui veut également dire qu’il me reste deux jours pour trouver tout ce qui me manque pour l’Mécole, aller chez le médecin et la coiffeuse, et que j’ai beau déménager vendredi, mes boîtes ne seront défaites que lundi.

J’ai hâte.