Alternatives

Je pourrais aussi travailler pendant toute l’année.
Voyager en sac à dos.
Faire une immersion dans un autre pays.
Devenir éboueuse.
Terminer mes Sciences de la nature.
Publier un roman.

Emploi de rêve

Je travaille dans une librairie.
Et j’aime ça.

Déjà, comme endroit où travailler, c’est carrément à la limite du parfait pour moi, jeune étudiante outrelectrice que je suis. Mais encore ? Je suis entourée de livres, je peux donner un peu de mon expertise aux clients, je peux tâter de la feuille régulièrement, je travaille de jour et pas bien tard le soir, c’est à temps partiel, ça comble les trous de mon horaire de cours très peu chargé et mes collègues de travail sont sympathiques. C’était un peu pour tout cela que j’avais visé cet emploi, en mai dernier, lorsque je suis allée porter mon C.V. là-bas, au seul commerce de tout Gaspé qui avait capté mon attention pour un emploi étudiant. Je suis un peu sélective, mais ça a été un bon choix : ça ne fait qu’une journée que je travaille là et j’aime déjà beaucoup. J’ai quand même rapidement assimilé tout ce qu’on m’a montré, et on m’a quand même appris bien des choses en une journée !, et je me sens d’attaque pour ma deuxième journée, qui se trouve à être demain.
Je sais que ça va m’empêcher d’aller voir l’impro le vendredi soir plus souvent qu’autrement, que je vais être moins disponible, que je vais moins voir mon entourage. Mais j’aime travailler, j’ai toujours adoré cela, surtout en période scolaire : ça m’aide à gérer mon temps et à faire attention à moi, pour ne pas me surmener. En plus, pour une personne n’ayant pas le droit aux prêts et bourses, ça permet d’accumuler un petit pécule qui me sera bien utile pour cette année et l’an prochain.