Alternatives

Je pourrais aussi travailler pendant toute l’année.
Voyager en sac à dos.
Faire une immersion dans un autre pays.
Devenir éboueuse.
Terminer mes Sciences de la nature.
Publier un roman.

Publicités

Futur

Crise existentielle. Nous sommes en septembre, bientôt à la moitié, et comme je suis une personne rapidement sujette au stress de la vie, je m’interroge déjà sur ma future carrière d’étudiante universitaire.
Parce que oui, je veux aller à l’université. Simplement, je ne sais pas encore en quoi.
Ce n’est pas évident, de penser à tout cela. J’ai peur de me tromper, de m’ennuyer, de ne pas aimer ce que je vais faire. Tout le monde me dit d’aller en Littérature, mais j’ai vraiment peur de me perdre dans de la théorie et de ne jamais rien mettre en pratique. Si je suis passée de Sciences de la nature à Arts et Lettres, c’est en partie par désir d’appliquer ce que j’apprenais. Comme de fait, ça me va parfaitement : j’ai de bons résultats et je suis autrement plus fière de moi, puisque j’ai des réalisations tangibles à montrer. Et puis, j’aime lire, certes, mais analyser… pas tous les jours. En enseignement ? J’aime les jeunes, j’aime diriger, j’aime apprendre et transmettre mon savoir, mais je ne désire pas faire quatre ans d’études pour ensuite ne PAS enseigner au primaire ou au secondaire. Cinéma ? Je préfère la scénarisation. Théâtre ? Écriture dramatique seulement. Communication ? J’ai une certaine réserve.
Tout me tente, mais rien ne me tente.

Et ensuite, il y a la question d’où aller.
Je n’aime pas Montréal, mais l’UQAM a bonne réputation pour les programmes artistiques. Avoir été en Sciences, j’aurais été à l’ULaval. Mais là, il est évident que je ne me dirige pas là-dedans.

Tout cela pour dire que… bien, je ne sais tout simplement pas.
Et ça m’angoisse.