Parfois, j’écris des histoires heureuses, aussi

J’ai envie d’écrire.
Des nouvelles avec des noms de filles qui n’arrivent jamais, des sourires tristes qui s’épanouissent dans des soleils qui fondent en hiver, des coups de téléphone qui se perdent dans le silence, du petit bonheur qu’on effleure du bout des doigts, de grands rires francs et des étreintes fortes qui sentent bon l’amitié, l’amour, la cannelle et le temps qui s’arrête.
Des petites histoires tristes et belles, douces et jolies, heureuses tout simplement.
J’ai l’écriture qui me démange comme des larmes au bord des yeux.

J’aurais voulu être un acteur

Mine de rien, trouver des acteurs, ce n’est pas la chose la plus facile au monde.
Penser à un personnage, l’élaborer dans sa tête, le voir agir selon une méthode que nous luia vons imposée, c’est une chose. Mais mettre un visage sur ce personnage ? C’est atteindre un autre niveau.
Pour mon cours de Création vidéo, nous devons produire un court-métrage et dans ceux choisis, il y a le mien. Donc, en tant que réalisatrice, j’ai une tâche monstre à abattre. En tant que réalisatrice-perfectionniste, c’est encore pire. Et, actuellement, nous sommes en train de chercher nos acteurs. Sept personnages, principaux ou secondaires, mais tous cruciaux pour le déroulement du film.
Et oui, je rage.

Les gens de mon entourage ne correspondent pas à ma vision, mais je dois trouver tout de même. J’ai des réticences face à certaines personnes, mais je sais pertinemment qu’elles seraient parfaites pour le rôle. Je suis donc frustrée, mais je reste positive : nous avons tout de même fait de bons choix et si tout va bien, si la chimie est présente, ça va être parfait.

J’appréhende la semaine du 5 au 9 avril ; semaine de tournage.
Ça va être sportif.

Moi, heureuse ?

J’ai été acceptée au camp de vacances de mes rêves pour suivre mon programme d’aspirant moniteur.
Nous partons en France, l’an prochain, pour deux semaines, en Arts & Lettres.
Le soleil dit bonjour aux montagnes et le printemps s’annonce tôt.
J’ai de bonnes notes partout et mes enseignants m’apprécient.
Mon scénario a été choisi pour être réalisé dans le cadre de mon cours de Création Vidéo et j’en suis donc la réalisatrice.
Mes colocataires sont parfaits et adorables.
Lui.

C’est possible, de faire une overdose de bonheur ?

Matheuse, moi ?


Trouvés chez MissMath, ces deux vidéos sont de véritable petits bijoux.
De quoi ravir la Science Naturienne en moi, ainsi que la fanatique de chanson.

Y’a du soleil et pas que sur Gaspé

J’ai juste un grand sourire d’un côté à l’autre du visage.

Scénographie = DONE

MERCI MON DIEUUUUUU.

J’ai ENFIN terminé mon travail de Scénographie. J’adore ce cours, j’aime bien l’enseignante et le projet était sitmulant, mais Ô combien LONG et PÉNIBLE et encore LONG. On bosse dessus depuis janvier et il y a de cela une heure, j’ai terminé de fixer mes couleurs sur le papier, de mettre du pastel partout sur mon bureau et de peinturer avec de mauvais pinceaux.

FINI.

F-I-N-I.

Je sens que je vais bien dormir ce soir (enfin, si je ne pense pas au million d’autres travaux que j’ai à remettre -arg).

Choix de cours : la joie, comme toujours

C’est toujours la même chose, les choix de cours.

Les choix pour l’Éducation physique sont peu variés, mais je dois faire avec. Je choisis Workout, mais je me dis que j’aurais préféré être dans un cégep qui me propose des activités comme le judo ou l’escrime. Côté cours complémentaires, je n’ai jamais ceux que je désire. Hey, j’ai fait Espagnol I lors de mon hiver 2009, pourquoi ne pas me proposer Espagnol II ? C’est la suite logique des choses, non ? De plus, est-ce que j’ai l’air de quelqu’un qui a besoin d’un cours tel que Réussir ses études ? Non. Non non et non.

Évidemment, on ne me propose toujours pas de cours de Français, ou même d’Anglais, ce qui met mon nombre d’heures de cours pour la prochaine session à… 14.

Quatorze. Fourteen. Quatorce.

14 !

Ça me donne vraiment envie d’aller à l’école. Si j’étais prédisposée au décrochage scolaire, ce serait dangereux, de me laisser tant de temps libre. J’avais 18 heures à ma première session en Arts, 16 actuellement, 14 prochainement. Mine de rien, mes 28 heures de cours de Sciences me manquent un tantinet.

Ça va me donner plus de temps pour tricoter.

Vive la vie.